ecole-s1-p-panneau

Le système de classement proposé ici s’avère d’une grande simplicité. Grâce à cette approche, la morphologie des formes verbales de l’indicatif présent sont présentées de manière claire (la terminaison x de vouloir et pouvoir pourront être vues plus tard). Si le système morphologique est relativement complexe, il est ainsi possible de clarifier son fonctionnement sans passer par un métalangage lourd et des classements qui ne font pas sens pour des As allophones, tel le traditionnel classement par groupes.

Le problème se pose toutefois pour les verbes qui terminent par « d ». Ce « d » n’est pas à proprement  parler une terminaison puisqu’il fait partie du radical. La notation correcte pour marquer cette absence de terminaison serait d’indiquer Ø. Mais ce symbole correspond dans d’autres langues à une lettre de l’alphabet. D’où le choix de montrer aux As les deux fins de mots possibles: « t » ou « d » pour la 3e personne du singulier.

Pour aller plus loin :
– LE GOFFIC, P., Les formes conjuguées du verbe français oral et écrit, Paris, Ophrys, 1997.
– CHARLES, P., Conjuguer ? Oui, mais autrement, Éd. Labor Éducation, Namur, 2011.

Des exercices d’entrainement sur la graphie et la transformation de phrases en variant la personne peuvent être proposés aux As. Exemple de manuel :
– ABRY, D., CHALARON, M.-L., Grammaire des premiers temps, Presses universitaires de Grenoble, 2014.