Ecole – 1.7. – composer un corpus

Les As sont incités à composer un corpus composé exclusivement de verbes construits avec un pronom. Ce corpus peut être écrit dans une partie qui lui est allouée dans un cahier ou un classeur. La question des traces revêt un enjeu important en pédagogie. La trace constitue le témoignage de l’activité de l’apprenant et de celle de ses pairs. La trace est la manifestation d’un processus en cours. Elle peut également exprimer le résultat d’apprentissage. La trace écrite peut revêtir différentes formes comme les textes, les listes de mots, les photos, les schémas (cartes mentales par ex.), les graphes, les tableaux… Elle peut s’exprimer sur divers supports comme le tableau noir, le tableau blanc interactif, une affiche, une feuille de papier de format A3, etc.
Lors de la construction des traces, il est important de partir des représentations initiales des apprenants, de leurs hypothèses, de leurs diverses réflexions et apports.
Il est également incontournable que le formateur anticipe le plus possible ces contenus afin d’envisager au préalable leur organisation sur le support choisi. Ainsi la trace est une réelle aide à la structuration des apprentissages.
Il est indéniable que la trace profite avant tout aux apprenants qui peuvent régulièrement s’y référer et la modifier en fonction de l’avancée des apprentissages. La trace sert alors de support de mémorisation des processus mis en place et permet aux apprenants d’échanger dessus à travers la langue.
Cependant, le formateur en a également une utilité puisque les traces lui permettent d’avoir une vue d’ensemble des apprentissages réalisés, c’est-à-dire des obstacles rencontrés, des processus mis en place et des acquis des apprenants. En cela, elles permettent une évaluation constante et des régulations de ses propres pratiques.