Les choix pédagogiques

Les modules sont construits autour d’un axe qui relie entre elles différentes séquences. Un module peut porter sur une thématique particulière (Objets) ou sur une articulation entre des points de langues, tel l’emploi des temps verbaux du passé (Souvenirs du passé). Le fait de raconter des événements et de relater des faits jalonne les activités et tâches proposées. L’enjeu reste fonctionnel.

Dans les séquences sont travaillées différentes aptitudes langagières : compréhension orale, production orale, interaction orale, compréhension écrite, production écrite, interaction écrite. Les séquences sont construites selon un modèle analogue : différentes étapes, composées de plusieurs activités, mènent à la réalisation d’une tâche finale.

Situation mobilisatrice

Motivation – appel aux ressources – sensibilisation

La situation mobilisatrice correspond à une phase de sensibilisation à travers laquelle l’enseignant suscite la motivation face à la tâche à venir, cible à atteindre. À ce stade, il veille à créer un climat propice à l’apprentissage, en partant de ce que les apprenants connaissent déjà, et à diriger leur attention vers l’objet d’apprentissage.

La situation mobilisatrice permet à l’enseignant de vérifier ce que les apprenants ont acquis mais aussi d’identifier les manques. De par la confrontation des différents apports des apprenants, de nouvelles notions peuvent être amorcées et donner l’envie aux As d’aller plus loin.

Observation

Exposition à la langue – construction du sens

L’étape d’observation a pour but d’exposer les apprenants à des échantillons de langue. L’apprenant s’imprègne – via l’audition d’un document sonore ou via la lecture d’un document écrit – de structures linguistiques, de points grammaticaux, d’un lexique nouveau, d’éléments culturels ou de schémas textuels.

Face à cet échantillon de langue, l’apprenant est bien entendu actif. Il construit progressivement du sens grâce à plusieurs écoutes ou lectures et grâce aux différentes techniques de réception mises en place dans les activités de compréhension.

Lors de cette étape, des objectifs d’apprentissage ciblés sont travaillés afin d’outiller les apprenants en vue de la réalisation de la tâche finale.

Appropriation

Automatisation de structures de la langue

Cette étape permet aux apprenants de s’approprier les nouveaux éléments découverts lors de l’écoute ou de la lecture. Les apprenants sont, par exemple, invités à répéter, mémoriser et rejouer un dialogue, à formuler des questions et/ou répondre à des questions posées par l’enseignant ou les pairs, à répéter les structures rencontrées via une activité ludique…

L’appropriation est importante car elle permet aux apprenants de progressivement automatiser de nouvelles structures langagières apprises de façon implicite au contact répété de la langue. D’où l’importance de l’oral.

Conceptualisation

Explicitation du fonctionnement de la langue

Lors de la conceptualisation, les apprenants sont invités à construire, par tris, classements, comparaisons, associations, des catégories au sein du corpus rencontrés lors de l’observation (structures linguistiques, lexique…). De cette manière, ils émettent des hypothèses sur le fonctionnement de la langue. Ensuite, de manière inductive, ils tentent de dégager les règles récurrentes pour tel ou tel phénomène linguistique.

Au terme de cette démarche, l’enseignant pourra éventuellement fournir aux apprenants “l’étiquette”, c’est-à-dire le métalangage correspondant au phénomène observé.

Entrainement

Réemploi des structures dans des activités

L’entrainement permet aux apprenants de consolider les nouveaux apprentissages, de s’exercer sur un point précis de la langue et d’éprouver leurs connaissances sur celle-ci.

Les activités d’entrainement sont généralement des activités d’automatisation, à travers lesquels l’apprenant continue à s’approprier les structures rencontrées préalablement.

Micro-tâches

Réinvestissement des outils en situation

Une micro-tâche est une production concrète permettant à l’apprenant de mobiliser un certain nombre de savoirs et de savoir-faire liés aux objectifs visés, dans des situations comparables à celles déjà rencontrées.

Cette micro-tâche est proposée en cours de séquence en tant qu’activité intégratrice des apprentissages en cours.

Il s’agit, pour les apprenants, de réactiver les nouveaux acquis dans des activités de communication plus larges et plus complexes que des activités d’entrainement.

Tâche finale

Réalisation d’un produit et communication dans une situation concrète

La tâche finale est une activité conforme à une pratique sociale de référence, c’est-à-dire pratiquée dans la société. Pour réaliser cette tâche, l’apprenant opère un transfert dans une situation inédite en lien avec la phase d’observation et il met en œuvre, de manière autonome, un ensemble de savoirs, de savoir-faire et savoir-être. La tâche est complexe, c’est-à-dire qu’elle mobilise plusieurs savoirs et compétences. Elle peut être exécutée collectivement avec les pairs.

Les étapes précédentes ont pour but d’outiller les apprenants afin qu’ils aient toutes les cartes en main leur permettant de résoudre la tâche finale.


12 séquences trouvées