Ecole – 4.9. – débat

Dans cette activité, l’argumentation et la discussion sont cruciales. Via l’argumentation, l’A doit prendre position face à la situation et étayer son avis grâce à des arguments cohérents. Au niveau A2, les moyens linguistiques sont encore peu étoffés mais une courte argumentation peut toutefois commencer à se mettre en place en fin du niveau A2. Par la discussion en sous-groupes, les As sont amenés à justifier leur position, à confronter leur opinion à celles de leurs pairs, mais aussi à faire évoluer leur point de vue.

Un débat constitue un échange oral à travers lequel les débatteurs tentent de résoudre un problème. Via le débat, les As sont invités à construire un dialogue qui les mènera à un consensus acceptable pour tous. Le débat suppose donc l’écoute de l’Autre et l’acceptation d’un point de vue différent.

Toutefois des dimensions culturelles peuvent interférer dans cet échange. La manière de mener les tours de parole peut varier d’une culture à l’autre : dans certaines cultures, les interruptions sont possibles et dans d’autres on attend que d’avoir la parole avant de parler.

Par ailleurs, la linguiste Catherine Kerbrat-Orecchioni oppose les sociétés à ethos consensuel aux sociétés à ethos confrontationnel. Dans les premières, on cherche, au sein de la discussion, le consensus. Dans les deuxièmes, les divergences d’opinion nettement marquées et accentuées n’imposent pas nécessairement de rupture de la communication entre les partenaires en présence. Ainsi, certaines études ont démontré qu’en ce qui concerne le caractère consensuel et confrontationnel, la recherche de l’accord et de l’unanimité est plus importante chez les Scandinaves que chez les Hispaniques qui tolèrent un plus haut degré de désaccord sans que cela ne provoque une rupture de la conversation. On peut cependant observer que, dans la communication dans une même langue, on rencontre les deux types d’ethos. Si nécessaire, l’enseignant régulera au sein des sous-groupes ces manières différentes de débattre.

Pour aller plus loin :
– KERBRAT-ORECCHIONI, C., Les interactions verbales tome III, Armand Colin, Paris, 1994.
– BEACCO, J.-V., L’altérité en classe de langue, Paris, Éd. Didier, 2018.