ecole-s1-5-CO – 3e écoute

Pour de nombreux As arabophones, la distinction entre les ces deux formes s’avère complexe. Cette difficulté s’explique par le fait que l’arabe est pauvre en voyelles et que la distinction entre les /i/ et /ɛ/n’est pas facilement perceptible pour un arabophone.

La distinction entre masculin et féminin pour la troisième personne est courante dans de nombreuses langues. En revanche, certaines langues marquent également une différence de genre pour l’emploi de la 2e personne (l’arabe et l’haoussa – Niger et Nigéria).

– MALHERBE, M., Les langages de l’humanité, Éd. R Laffont, 1995.