Poucet – activité 6

Activer ses connaissances antérieures suppose de s’appuyer sur des faits de langue déjà rencontrés, mais aussi sur des connaissances textuelles et référentielles portant sur le genre de texte qui va être abordé.

Ainsi, avant d’écouter ou de lire un conte, les As font appel à leurs connaissances encyclopédiques sur ce récit : connaissance de personnages analogues dans leur propre culture,  connaissance de cette histoire par le cinéma, etc.

Les As sont également invités à mobiliser des connaissances textuelles qui leur permettent de prédire le schéma du conte. En effet, un texte est généralement construit sur « ce qu’on appelle un script, c’est-à-dire des séquences d’actions ou d’événements stéréotypés, telles qu’elles sont codées dans une culture donnée » (Vigner, 2001, 49-51). Un conte obéit le plus souvent au schéma suivant : situation initiale, élément déclencheur, péripéties,  résolution, situation finale. Ce schéma narratif qui sous-tend le conte se retrouve dans de nombreuses cultures par le biais du patrimoine local ou est véhiculé par le cinéma.

Pour aller plus loin :

– VIGNER Gérard, Enseigner le français langue seconde, Paris, Clé international, 2001.

– ADAMS, G., DAVISTER, J., DENYER, M., Lisons futé. Stratégies de lecture, Bruxelles, De Boeck, 1998.