Quand j’étais enfant – 1 – 11 – éléments implicites

La langue française est considérée comme une langue à contexte relativement riche. E. T. Hall, un des premiers anthropologues américains à s’intéresser aux variantes culturelles entre les sociétés, a mis en évidence la différence entre les cultures à « contexte pauvre » aux cultures à « contexte riche ». Les cultures à « contexte pauvre » fonctionnent sur un mode de communication où la part de l’explicite est très grande et où les règles sont claires, les variations de situation étant, par conséquent, aisément prévisibles. En revanche, l’information dans une société au « contexte riche » est beaucoup plus imprévisible, d’où l’importance plus grande octroyée à l’implicite et à l’information véhiculée par le non-verbal dans une telle société. Le travail sur l’inférence y est donc souvent nécessaire si l’on ne dispose pas du canal gestuel.

Pour aller plus loin
– HALL, E.T., Au-delà de la culture, Éditions du Seuil, Paris, 1979.