Contes_sciences_2.1_EO_EE

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Distinguer connaissances expérientielles et culturelles
  • Mobiliser ses connaissances sur un sujet
  1. L’enseignant commence par mettre les élèves dans la posture de scientifiques: « Vous êtes des scientifiques. La première chose que l’on fait, en tant que scientifique, par rapport à un phénomène que l’on veut comprendre, c’est de faire un état des lieux des connaissances que nous avons sur le sujet.Quelles sont vos connaissances sur cette question ? »
    Les élèves formulent, d’abord individuellement à l’écrit, et puis en collectif oral leurs connaissances sur le sujet. L’enseignant écrit toutes les informations au tableau en reprenant les mots utilisés par les élèves.
  2. Dans un tableau en deux colonnes, on va séparer :
    • les connaissances issues de l’expérience personnelle
    • les connaissances issues de la culture scientifique (>>> c’est la terre qui bouge)

Pour aider les élèves à identifier le statut des connaissances, l’enseignant leur demande d’où leur vient cette connaissance (l’ont-ils personnellement vécue? l’ont-ils lue? entendue? où l’ont-ils lue ou entendue?…?).

L’enseignant écrit au tableau les mots utilisés par les élèves. Concernant les différences lexicales entre le langage usuel et le langage scientifique, on les abordera plus tard. A cette étape-ci, l’enseignant peut se limiter à dire que, dans le langage scientifique, le fait que la terre « tourne », on appelle ça la « révolution » de la terre ou sa « rotation ».

3. L’enseignant fait émerger un conflit cognitif entre notre perception du phénomène (on a l’impression que c’est le soleil qui bouge. Cela se traduit dans le langage: « le soleil se lève », « le soleil se couche »…) et les connaissances scientifiques que nous possédons (la terre tourne autour du soleil). Parfois, nos sens nous trompent, c’est ce qu’on appelle un « biais cognitif ».