Débattons – 2 – 6

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Dégager les formes exprimant l’opposition et la concession
  • Développer une compréhension détaillée d'un document sonore.

L’enseignant procède à une dernière écoute fragmentée. Les élèves écoutent chaque intervenant et chaque intervention. Ils doivent indiquer si, dans l’enchainement, l’intervenant montre qu’il n’est pas d’accord ou pas tout à fait d’accordAprès avoir fait repéré les différents arguments avancés par les deux débatteurs, il s'agit ici de faire repérer par les élèves comment, dans un débat d'experts, des adultes s'opposent au propos de leurs interlocuteur ou comment ils reformulent la position ou l'argument de l'interlocuteur.

— Myriam Denis
avec ce que l’intervenant précédent a dit.  Le premier exemple est donné.

Transcription

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enseignant invite les élèves à classer les formules en deux groupes. Les élèves doivent justifier leur classement.

Si les élèves ne trouvent pas ce classement, on peut leur poser des questions telles

– Est-il totalement en désaccord avec ce qui vient d’être dit ?

– Accepte-t-il certains points de l’argument précédent ?

Les notions d’oppositionL'opposition provoque la confrontation entre deux assertions et, par conséquent, deux faits qui existent indépendamment l'un de l'autre et qui sont perçus comme contraire. L'opposition véhicule une idée de comparaison, de contraste entre ces deux faits, réels ou envisagés. Les marqueurs les plus fréquents pour exprimer l'opposition sont alors que, tandis que, par opposition, contrairement à, au contraire...

— Myriam Denis
et de concessionIl est des sujets sur lesquels il est difficile de porter un jugement unique : d’une part on désapprouve, on condamne, mais de l’autre on ne peut nier l’existence de données exactes dans l’argumentation de son interlocuteur.
La concession suppose un mode raisonnement qui inscrit comme vrai ou acceptable une assertion de départ. Le locuteur concède ainsi une part de vérité à la partie adverse pour mieux affirmer, l'instant d'après, parfois dans la même phrase, l'essentiel de son argument. La conséquence attendue à la suite de ce qui est admis dans la première partie du raisonnement est invalidée par la réfutation qui suit. Les marqueurs courants pour reconnaitre une certaine validité aux arguments opposés et exprimer la concession sont bien que, quoique, il est vrai que, certes, en effet...  Ensuite pour réfuter en exposant ses réticences sur d’autres points, on utilisera des marqueurs tels que  cependant, néanmoins, pourtant, toutefois, même si, malgré...
Les connecteurs par contre et en revanche peuvent être utilisés pour mlarquer l'opposition et la concession. Malgré que s'entend souvent à l'oral mais son emploie est incorrect.
En raison d'un calque phonétique construit sur le forme "por tanto", les hispanophones confondent pourtant et par conséquent. Les anglophones ont tendance à traduire "anyway" par en tout cas au lieu de cependant.
Pour aller plus loin :
- CHARAUDEAU, P., Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette, 1992.
- De SALINS, G.-D., Grammaire pour l'enseignement apprentissage du FLE, Paris, Didier/Hatier, 1996.
- MEYER, B., Maîtriser l'argumentation, Paris, Armand Colin, 2004.

— Myriam Denis
sont apportées par le professeur.

À l’issue de l’activité, on peut aboutir à la construction d’un tableau et / ou à la rédaction d’une fiche-outil.

Exemple de synthèse

Les élèves s’appuient sur la synthèse qu’ils viennent de construire pour compléter la fiche-outil.

 

 

 

 

 

Supports didactiques

  • Tableau
  • Dialogue connecteurs
  • Tableau pour synthèse
  • Tableau opposition vs concession