Ecole – 3.6

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Mémoriser le dialogue

L’enseignant repasse le dialogue de manière fragmentée : une réplique à la fois.

Les apprenants sont invités à répéter les énoncés du dialogue. L’enseignant fait répéter le dialogue à chaque apprenant, puis il fait répéter une succession d’énoncés par deux As, puis par deux autres. Il aide à stimuler la mémorisation des énoncésLa mémorisation des dialogues, essentielle pour l’apprenant, lui permet de petit à petit stocker des structures qui seront réemployées de façon naturelle par la suite. En effet, pour pratiquer une langue, il ne suffit pas de la comprendre. Il faut également avoir mémorisé des séquences pour être à même de la parler, de la lire, et de l’écrire.  Pour apprendre, nous faisons entre autres appel à deux types de mémoires :
- la mémoire déclarative (ou explicite) est une mémoire consciente qui permet d’exprimer une connaissance, de « déclarer » ce que l’on sait ;
- la mémoire procédurale (ou implicite) est une mémoire inconsciente qui sert à l’apprentissage des habiletés, des habitudes et des savoir-faire.
En effet, la mémoire procédurale permet le stockage de l’ensemble des procédures et automatismes qui nous permettent de manière inconsciente de réaliser un certain nombre d’activités motrices et cognitives sans effort. Il faut savoir que l’acquisition d’une procédure prend du temps et nécessite un très grand nombre de répétitions pour qu’elle puisse à un moment totalement s’automatiser. L’ensemble de ces procédures, une fois acquises, permettent de libérer des ressources cognitives pour l’exécution de processus mentaux non encore automatisés (Berthier et al., 2018).
Ce sera donc essentiellement grâce à des activités favorisant la mémoire procédurale que l'apprenant s'appropriera peu à peu les structures de la langue.
Plusieurs procédés sont possibles pour rendre cette étape motivante :
- répéter à tour de rôle en s’écoutant les uns les autres,
- répéter en grand groupe,
- répéter à deux en jouant le dialogue (mimiques, gestes),
- répéter en sous-groupes en donnant à certains élèves le rôle de « souffleur ».
Il n'est pas nécessaire de faire mémoriser tous les documents rencontrés ni tous les rôles dans un document. L'objectif est que les As retiennent des formules qu'ils pourront réemployer lors de véritables échanges.
Pour aller plus loin :
BERTHIER Jean-Luc, BORST Grégoire, DESNOS Mickaël & GUILLERAY Frédéric. Les neurosciences cognitives dans la classe. Guide pour expérimenter et adapter ses pratiques pédagogiques. Paris : ESF, 2018.
COURTILLON Janine, Élaborer un cours de FLE, Hachette, 2003.

— Myriam Denis, Nathalie Genard
via des mimesUne approche multisensorielle des apprentissages renforce l’acquisition de ces derniers et un ancrage en profondeur dans la mémoire à long terme. Il est donc important de diversifier les expériences sensorielles pour un même apprentissage et d’aller non seulement vers les modalités auditives (entrée par l’oral) et visuelles (photographies, illustrations, objets, écrits, ...) mais aussi vers des modalités plus kinesthésiques (mimes). Le jeu de rôle est un bon moyen de proposer une approche intégrée de ces différentes modalités et ainsi de stimuler de multiples connexions.

— Nathalie Genard
.

Les apprenants s’entrainent ensuite par deux en simulant un appel téléphonique.