En classe – 5 – 11

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Inférer et repérer les attentes de l’enseignante

Certaines parties du document sont à nouveau écoutées. Les élèves doivent indiquer ce qu’attend l’enseignanteLe discours de l'enseignant est perçu comme un continuum dans lequel il n'est pas aisé de trouver des repères. La langue utilisée, éloignée de la communication courante, y est souvent condensée. Le discours enseignant est riche et complexe. À l'intérieur de ce discours, l'élève devra être capable de comprendre s'il est face à un exposé de l'enseignant, des injonctions, des questions ou les appréciations de l'enseignant. En effet, pour accéder au savoir, il est nécessaire de saisir la cohérence entre les différentes phases de l’apprentissage d’une notion de saisir la place que prend cette notion dans un cadre plus large. Faire comprendre aux élèves les intentions de communication de l'enseignante : approbation, incitation à parler, exposé, injonction implicite ou explicite, questions, explications, etc., permet de les aider à se situer dans ce continuum. L’élève  doit également repérer si l'enseignant s'adresse à toute la classe ou à un élève en particulier. Comprendre, c'est donc mettre en relation des données et donner du sens à ces éléments.
Pour aller plus loin :
- BEACCO, J.C., "Faire réussir dans toutes les disciplines scolaires : les dimensions langagières de l'acquisition des connaissances", in KLEIN, C. (Dir), Le français comme langue de scolarisation. Accompagner, enseigner, évaluer, se former, Scéren CNDP-CRDP, 2012, 118-120.

— Myriam Denis
filmée. L’enseignante laisse ici sa phrase inachevéeL'élève allophone doit son intégration dans la classe à sa participation. Très valorisée dans notre culture, la participation en classe est signe d'implication dans les apprentissages, même si le discours de l'enseignant prime sur celui des élèves. L'élève doit donc être capable de prendre la parole en classe. Ici l'enseignante attend que les élèves complète sa phrase par un terme précis. Ce type de questionnement, construit sur un ton suspensif, est souvent utilisé par les enseignants. L'élève doit inscrire son discours en creux, dans l'énonciation de l'enseignant. L'élève doit d'une part comprendre qu'il s'agit d'une forme de questionnement et, éventuellement, pouvoir dire qu'il ne connait pas le mot attendu. Il est à noter que l'on rencontre souvent une asymétrie entre l'oral de l'enseignant et celui de l'élève. L'oral de l'élève demeure parfois peu abondant et, lors d'un intervention, se limite à un mot ou à une courte phrase. Si la nécessité de comprendre l'oral de la classe est essentiel pour les élèves, il convient aussi qu'ils puissent disposer d"un outillage linguistique leur permettant d'insérer leur voix dans le chœur  de la classe.

Pour aller plus loin :
- Chane-Davin,F., Le français langue seconde en milieu scolaire français, Grenoble, PUG, 2011.


— Myriam Denis
pour montrer qu’elle attend un mot précis.

Extrait 1

 

Extrait 2

 

Extrait 3