En train 2 – 10

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Accorder les adjectifs en genre
  • Associer, à l’écrit, les adjectifs rencontrés à leur emploi dans une phrase
  • Identifier l’accord de l’adjectif avec le nom auquel il rapporte
  • Manifester sa compréhension d’un document sonore

Les As sont invités à retrouver dans les bandelettes suivantes les adjectifs rencontrés précédemment et à les classer suivant l’objet qu’ils caractérisent : la peinture vs le livre / le dessin.

Corrigé :

La / cette peinture est sombre, mélancolique, douce, naïve, belle, poétique, froide, triste, déprimante, colorée, délicate, mystérieuse, lumineuse, jolie
Ce / un livre est beau, naïf, mystérieux, poétique, magnifique, sombre, ennuyeux
Le / ce dessin est chaleureux, coloré, froid, triste, joli, doux, apaisant, délicat

Les élèves réécoutent les  phases dans lesquelles un même adjectif est utilisé (1 et 9, 2 et 5, 5 et 8, 2 et 5, 2 et 7, 4 et 6, etc.)

Le formateur trace alors au TN ou sur une affiche deux colonnes intitulées respectivement « Ça change » et « Ça ne change pas ». Avec son aide, les As y regroupent, d’une part, les adjectifs pour lesquels une variation morphologique audibleFaire remarquer, dès le début de l'apprentissage, la variation entre le masculin et le féminin à l'oral permet d'aider les apprenants à s'approprier cette distinction du genre marqué dans l'adjectif qui accompagne le nom. Dans beaucoup de langues, la notion de genre n'existe pas. Le passage par la perception orale permet dès lors à ces locuteurs de mémoriser plus aisément cette distinction.
 

— Myriam Denis
a été observée et, d’autre part, les adjectifs qui ne subissent pas cette variationPour aider les apprenants à repérer les  adjectifs épicènes (dont la forme est la même au masculin et au féminin), il peut être utile de leur faire remarquer que la même terminaison se retrouve dans plusieurs adjectifs (-que, -bre, -ble, -aire, etc.). Pour les adjectifs terminant par une voyelle, la présence du "e" au féminin n'induit pas de différence de prononciation. On notera toutefois que dans certaines régions de la Francophonie, un allongement est opéré pour les adjectifs féminins. C'est notamment le cas en Belgique.

— Myriam Denis
(absence de différence à l’oral). Une subdivision supplémentaire peut ensuite être introduite dans la colonne « Ça ne change pas » entre les mots dont la forme écrite varie (« Je vois une différence ») et ceux dont la forme écrite ne varie pas (« Je ne vois pas de différence »).

Corrigé :

Ça change (j’entends une différence) Ça ne change pas (je n’entends pas de différence)
Délicat-délicate + Apaisant-déprimante

Froid-froide

Doux-douce

Beau-belle

Naïf-naïve

Mystérieux-mystérieuse + chaleureux-ennuyeux + lumineuse

Je vois une différence Je ne vois pas de différence
Joli-jolie

Coloré-colorée

 

 

Poétique (m-f) + magnifique (m)-mélancolique (f)

Triste (f-m)

Sombre (f-m)

 

NB : les mentions (f-m) n’ont pas vocation à apparaitre sur le tableau produit par les As ; il s’agit seulement, ici, de notes destinées au formateur.

 

En observant le tableau qui vient d’être construit, les apprenants sont amenés à identifier les différences morphologiques d’un même adjectif selon qu’il est au masculin ou au féminin et à les comparer en les oralisant (ex. le/ce livre est beau – la/cette peinture est belle). On observe ainsi que dans certains cas, on entend une différence ; dans d’autres, pas. Les phrases sont ensuite relues à voix haute par le formateur.

Supports didactiques

  • Bandelettes et tableau