Nos amies – 1 – 18

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Compléter des schémas et tableaux en utilisant des informations repérées dans de courtes vidéos
  • Émettre et justifier des hypothèses
  • Modaliser son discours selon le degré de certitude

1re écoute

L’enseignant présente 1 vidéo aux élèves sans le son. La vidéo est divisée en trois parties. Pour chaque partie, les élèves doivent indiquer si l’eau est très chaude ou très froide.

 

L’enseignant invite les élèves à justifier leur réponse en apportant un argument et en le modalisant par un adverbe ou une locution verbale relativisant le degré de certitude :

  • Je pense que l’eau est chaude / froide parce que…
  • Peut-être que la chaleur provoque…

Pour guider les élèves, l’enseignant peut construire avec eux un tableau reprenant les formulations qui permettent de modaliser les propos en fonction du degré de certitude.

L’enseignant aide les élèves à formuler ces phrases et les note au tableau.

Cette démarche repose sur l’émission d’hypothèses telle que préconisé dans la démarche scientifiqueLa démarche scientifique diffère de la démarche d’investigation.
La démarche d’investigation consiste en une démarche où, à la manière d’un enquêteur, on recherche des indices permettant de répondre aux questions que l’on se pose.
La démarche scientifique constitue un raisonnement rigoureux par lequel on émet des hypothèses et on argumente en fonction des connaissances antérieures dont on dispose sur le sujet, on soumet ensuite ses hypothèses à l’épreuve de faits par l’investigation (observation, expérimentation, modélisation/simulation, conclusions).
En sciences, la formulation d’une hypothèse comporte trois éléments. 1) L’hypothèse prend en compte les données et l’état des pré-connaissances en se référant à ce que l’on a déjà pu observer. 2)  L’hypothèse consiste en une affirmation et est rédigée sous forme de phrase affirmative.  3) L’hypothèse intègre un aspect provisoire - car elle n’est pas nécessairement valide - et une modalité marquant son degré relatif grâce à l’emploi d’un adverbe (« peut-être, probablement, certainement, etc. »), d’un verbe ou d’une locution verbale (« je pense que / je suppose que… / il se peut que…») indiquant le degré de certitude envisagé.
Cette démarche rend l’élève acteur de son apprentissage, ce qui répond aux prescrits de l’enseignement des sciences mais aussi des langues (CECRL). Confronter les élèves - parfois habitués à d’autres modes de transmission des savoirs - à cette démarche leur permet de saisir les attendus propres à l’enseignement de certaines disciplines dans leur nouveau contexte scolaire.
Oraliser des hypothèses mobilise l’observation et les connaissances antérieures.  Centrés sur leur argumentaire scientifique, les élèves produisent ainsi un oral riche dans lequel ce ne sont pas tant des structures de phrases qu’ils produisent mais un exposé de leurs idées sur le sujet.
Pour aller plus loin :
- CHERQUI, G., PEUTOT, F. (2015). Inclure : français de scolarisation et élèves allophones, Paris : Hachette.

— Myriam Denis
.

 

2e écoute

Les élèves vérifient leurs hypothèses en écoutant le commentaire dans les vidéos.

Textes de la vidéo

Les élèves sont ensuite invités à replacer les éléments suivants dans le tableau sur l’eau.

Corrigé

Supports didactiques

  • Documents