Nos amies – 3 – 6

Télécharger l’activité

Objectifs

  • Distinguer la notion de thème, de thèse et d’argument
  • S’appuyer sur le paratexte pour dégager les paramètres de la situation de communication

Les apprenants reçoivent un article présentant deux thèses opposées au sujet des animaux en captivité. Ils doivent regarder les titres dans le texte durant 30 secondesLorsqu’un lecteur habile découvre un texte, il procède en premier lieu à une lecture « balayage » qui lui permet de directement de situer le texte dans son contexte. C’est d’ailleurs à partir de cette lecture rapide qu’il va choisir de lire ou pas ce texte. Pour développer des stratégies de lecture, il faut donc être capable de prélever à partir d’un survol du texte, des informations permettant de dégager des indices qui conduisent à reconnaitre le genre, la situation de communication et/ou le sujet traité.
Les élèves allophones ne recourent pas nécessairement à cette stratégie car, parfois en insécurité lors de la lecture en langue étrangère, ils ne mobilisent pas des compétences de compréhension globale et s’arrêtent à la compréhension mot à mot. Dès lors, leur laisser peu de temps pour observer le texte et prélever des informations permet d’éviter qu’ils ne s’attachent directement à une lecture linéaire du texte.

— Myriam Denis
. Ils retournent ensuite leur feuille et reçoivent un QCM qu’ils doivent remplir.

S’ils n’ont pas pu répondre, ils observent à nouveau le texte 30 secondes.

Ils corrigent ensuite leur questionnaire en binômes en recherchant ensemble les éléments du texte qui les aident à répondre. Le texte est à ce moment-là devant eux.

La correction finale se fait collectivement en groupe-classe.


Librement adapté de la Libre Belgique : « Entretiens de Jean-Paul Duchâteau et Charles Van Dievort ». Publié le 19-12-2013, consultables sur https://www.lalibre.be/debats/ripostes/2013/12/19/est-il-ethique-de-garder-des-animaux-sauvages-en-captivite-HQ2QLNAR2VBABOKEGRVLH5LMVY/

L’enseignant mène un échange basé sur ces questions : de quoi parle-t-on ? Quel est l’avis de la personne ? Comment est-ce qu’on défend cet avis ? Les élèves sont ensuite invités à compléter le tableau suivant en lien avec les savoirs sur l’argumentation vus dans le cours de français langue premièreIl importe de sensibiliser les élèves à l’argumentation dans leur apprentissage de la langue, car l’argumentation est travaillée en français langue première et utilisée dans d’autres cours (sciences, histoire, citoyenneté).
En français, à la fin du 1er degré, les élèves doivent avoir acquis un ensemble de compétences liées à l’argumentation :
- savoir distinguer la thèse, les arguments.
- savoir détecter une prise de position clairement affirmée et des arguments qui l’appuient.
- savoir repérer les outils d’enchaînement : cause, conséquence, but, lieu, opposition, temps.
- savoir tenir compte des principaux paramètres de la communication, c’est-à-dire du cadre d’énonciation (Qui écrit ? A qui ? Pourquoi ? Dans quelle situation ? Dans quel contexte ?).
- savoir, selon l’intention poursuivie (plaire, informer, persuader, enjoindre), choisir le genre de textes à produire (article, billet, lettre, récit, poème, chanson, …) et y adapter la ou les structures adéquates (narrative, descriptive, explicative, argumentative, dialogale).
- savoir établir la thèse à défendre et choisir les arguments et les exemples qui l’appuient.
- Savoir soutenir son point de vue, son opinion, son avis (sur un sujet proche de ses préoccupations) par une argumentation simple.
Dès le 2e degré, persuader constitue une aptitude essentielle, tant à l’écrit qu’à l’oral.

— Myriam Denis
.

Corrigé

Supports didactiques