Passé – 2 – Activité 11

Télécharger l’activité

Objectifs

  • développer la compréhension globale du document sonore à l'aide d'images à replacer selon l'ordre chronologique
  • négocier le sens avec les autres apprenants

Les As écoutent l’entièreté du document. Ils savent qu’ils devront remettre des images dans l’ordreVisualiser constitue une stratégie spontanée lorsque nous écoutons un document sonore.  D'où l'importance de proposer aux As un corpus d'images leur donnant l'occasion d'associer ce qu'ils entendent à ce qui est dit. Toutefois, les images que nous construisons dans notre cerveau relèvent non pas de la réalité mais d'une interprétation propre à chacun.

Grâce à des activités de classement, de sélection, de mise en ordre chronologique des images, les As ordonnent les étapes du récit fait par le témoin. Cette activité les aidera à se souvenir  ainsi plus aisément des informations essentielles véhiculées par le document.
. Après l’écoute, ils reçoivent les quatre imagesLes images dessinées correspondent à une interprétation faite par l'illustrateur d'un texte donné. L’illustrateur donne à voir des symbolisations qui lui sont propres et qui ouvrent à d’autres perceptions de la réalité vécue (Leroy & Spire, 2014).

Les images présentées ici sont situationnelles : elles mettent en scène des situations décrites dans le document et peuvent faire l'objet de diverses interprétations. Leur richesse donne à l'apprenant la possibilité de se projeter plus aisément et de développer une expression plus élaborée.

En classe de FLE, les images servent à la fois à manifester sa compréhension mais aussi à développer l'expression, ce qui est fait à partir du corpus présenté ici. Les images sont propices à un travail en petits groupes car elles permettent un engagement plus important des As dans l'activité et une écoute des interprétations des pairs.

Illustrations réalisées par l'illustrateur Olivier Spinewine.

Pour aller plus loin :

- LEROY, D. & SPIRE, A. Ecrire la migration, écrire en migration(s). Hommes & migrations, n° 1306, 2014, p. 7 à 8.

- MULLER, C., L’image en didactique des langues et des cultures : une thématique de recherche ancienne remise au goût du jour, Synergies Portugal n° 2 - 2014 p. 119-130.
— Myriam Denis, Nathalie Genard

qu’ils doivent, en sous-groupesLes images servent d’appui à la compréhension du document audio mais aussi au développement de l’expression orale. Le sens des images sera négocié par les apprenants placés en sous-groupes. Chacun sera alors confronté à l’interprétation des pairs et à des récits divers susceptibles de résonner en eux. Ces interprétations propres se nourrissent des expériences singulières vécues par chacun. Les récits que chacun exprimera permettront de mettre en scène et de reconstruire les fragments d’un parcours migratoire. Ces narrations collectives dépassent l’expression personnelle et sont porteuses d’identifications multiples, de différents possibles auxquels l’apprenant n’avait peut-être jamais pensé. Il entre alors dans un processus de relecture et de reconstruction de son propre passé, propice à progresser sur le chemin de la résilience. Sortir de l’ornière creusée par la réactivation toujours identique d’images, de sons, d’odeurs éparses liés à des souvenirs douloureux pour s’ouvrir à une multiplicité de chemins et d’expériences via le partage d’histoires singulières reste un enjeu majeur pour nombre des As accueillis en formation.

 

Agencer dans l’ordre chronologique les illustrations proposées, liées à des fragments de vie de cette famille, permet de donner du sens, de mettre des liens, de rassembler ces éléments épars. Démarches que l’apprenant peut alors transférer à sa propre histoire dans un aller-retour entre distanciation et actualisation, permettant d’accepter la réalité d’une expérience passée tout en ayant la possibilité d’en reconstruire le sens.

 

Pour aller plus loin :
Hubert, B. (2014). Faire de sa vie une fiction. Hommes et migration, n°1306, p.23-30.
Leroy, D. & Spire, A. (2014). Ecrire la migration, écrire en migration(s). Hommes & migrations, n° 1306, p. 7 à 8.
— Nathalie Genard

, agencer de manière chronologique.

Voici comment un dessinateur a imaginé cette dame et ce qu’elle raconte.  Remettez ces images dans l’ordre.

 

ImagesQuelle attitude adopter face au ressenti émotionnel fort que l’illustration représentant un conflit de guerre peut susciter ? Le côté très abstrait du dessin (contours peu nets, absence de détails, prédominance des couleurs rouge et orange, signes de danger) permet des interprétations très diverses au sein desquelles vont venir se projeter des expériences personnelles douloureuses voire traumatisantes. Il est important de ne pas nier ces émotions, de ne pas les mettre à distance mais au contraire de les accueillir et de montrer toute leur légitimité. L’attitude d’une écoute respectueuse, empathique et bienveillante de la part du formateur aidera l’apprenant à raconter son histoire dans un espace où il se sent en sécurité. Cette mise en mots, plus intellectuelle, aidera l’apprenant à sublimer ce vécu émotionnel dans un récit sollicité au cours des différentes activités proposées au sein de cette séquence. Un partage de ce vécu émotionnel et de son histoire personnelle ne peut avoir lieu que dans un climat de groupe au sein duquel un respect mutuel, des relations de confiance fortes entre formateur et apprenants mais aussi entre apprenants eux-mêmes ont pu se tisser. Ce partage est plus facile dans des petits groupes d’apprenants, avec un formateur qu’ils connaissent depuis plusieurs semaines.
— Nathalie Genard

dans l’ordre chronologique des faits.

 

Supports didactiques