Poucet – activité 24

Télécharger l’activité

Objectifs

  • négocier avec ses pairs
  • produire une courte argumentation

En sous-groupes, les As se positionnentSi le conte permet d'aborder  les compétences narratives, il offre également la possibilité de développer des compétences argumentatives.

Via la prise de position sur les attitudes des personnages, les As ont ainsi l'occasion d'échanger sur les croyances, les visions du monde, les règles implicites, variables ou analogues selon les sociétés et les cultures. Ainsi est à l'œuvre la compétence interculturelle, comprise comme la capacité à mettre en relation des systèmes culturels différents et à développer, comme le préconise le CECRL, "des attitudes en termes d'ouverture et d’intérêt envers de nouvelles expériences, les autres, d’autres idées, d’autres peuples, d’autres civilisations, [et en termes] de volonté de relativiser son point de vue et son système de valeurs culturels" (CERCL, 2001, 84).

Pour aller plus loin :

- CLERC, S., "Le conte en classe d'accueil, support de développement des compétences linguistiques, référentielles et socioculturelles", Trema 30, 2010. Disponible sur https://journals.openedition.org/trema/126
sur les dilemmesUtilisé dans le cadre des cours d'éducation à la citoyenneté, le dilemme moral est une courte histoire, dans laquelle un personnage est exposé à un problème. L'A  qui découvre cette histoire et ce problème est invité à réfléchir à cette situation et à choisir entre deux solutions. D'où les questions qui lui sont posées : le personnage a-t-il/elle raison d'agir ainsi ? Que doit-il/elle faire?

Les deux solutions peuvent se justifier moralement, car elles peuvent être conformes à des valeurs différentes.

Dans cet exercice, l'argumentation et la discussion sont cruciales. Via l'argumentation, l'A doit prendre position face à la situation et étayer son avis grâce à des arguments cohérents. Au niveau A2, les moyens linguistiques sont encore peu étoffés mais une courte argumentation peut toutefois commencer à se mettre en place en fin du niveau A2, grâce aux formes vues dans la séquence. Par la discussion en sous-groupes avec les pairs, les As sont amenés à justifier leur position, à confronter leur opinion à celles de leurs pairs, mais aussi à faire évoluer leur point de vue.

Dans ce type d'exercice, l'enseignant vérifie  que les situations soient bien comprises. Grâce à ses reformulations, l'enseignant veille à élucider les problèmes et à mettre en évidence les questions qui se posent pour les personnages. Il invite ensuite les As à chercher les conseils que l'on peut leur donner.

L’enseignant reste neutre face au point de vue donné par les As. Son rôle n'est pas de donner son point de vue, mais de permettre aux As de justifier au mieux le leur.

Pour aller plus loin :

https://www.phileasetautobule.be/sequence/33-les-dilemmes-moraux-pour-apprendre-a-choisir-librement/
présents dans le conte du Petit Poucet et font part de leurs conclusions au reste du groupe. Pour préparer cette activité, on peut faire l’activité 4 de la séquence « Réunion de parents » du module « École ».

 

 Le dilemme des parentsCe récit est marqué par l'indignité des parents qui  abandonnent leurs enfants, lesquels seront face à un père encore plus indigne, l'ogre, qui tranchent la tête de ses propres filles. Le conte met en scène l'angoisse des enfants face à l'insécurité qu'ils éprouvent face aux actes des adultes.

Pour aller plus loin :

- SORIANO, M.,  Les Contes de Perrault, culture savante et traditions populaires, Paris, Gallimard, Coll. « La Bibliothèque des idées », 1968.

Les parents ne peuvent plus nourrir leurs enfants. Est-il mieux, pour eux, de voir mourir leurs enfants ou de les abandonner ?

 

Les dilemmes du Petit PoucetEnfant cadet chétif et pauvre le Petit Poucet devient malin et riche. Il s'agit donc d'un récit de renversement où face à des parents imprévoyants l'enfant prend sa revanche.

Pour aller plus loin :

- SORIANO, M.,  Les Contes de Perrault, culture savante et traditions populaires, Paris, Gallimard, Coll. « La Bibliothèque des idées », 1968

Pour chacune des situations suivantes, le Petit Poucet a-t-il raison d’agir ainsi ?

– Il entend ses parents, il découvre leurs intentions. Sur le chemin, il sème des cailloux ou il sème du pain.

– Il ne fuit pas la maison de l’ogre, il échange bonnets et couronnes entre ses frères et les filles de l’ogre.

– Il prend les bottes de l’ogre et il demande à la femme de l’ogre de lui donner son argent.

– Il rentre chez ses parents qui l’ont abandonné.

 

Les As peuvent aussi établir des parallèles avec des contes analoguesL'histoire du Petit Poucet se construit sur un thème qui traverse les cultures: l'histoire de l'enfant rusé et chétif qui triomphe d’un ogre ou d’une ogresse se retrouve en Afrique subsaharienne. Le Petit Poucet  ressemble aussi à Hadidouane, personnage de la littérature berbère.

Dans la culture francophone - et assez généralement européenne, le thème de la dévoration prend une identité masculine, à travers les personnages de l'ogre ou du loup.  En revanche, la dévoration se transforme en ogresse dans les contes d'Afrique de l'ouest où se développe le thème de la mère dévorante ou en Baba Yaga, sorcière cachée au fond des bois qui dévore les enfants, dans les contes russes.

Pour aller plus loin :

- WINDMULLER, F. "Étude de l’adaptation interculturelle d’un conte commun à diverses cultures étrangères. L’exemple du Petit Chaperon rouge – Approche didactique et exploitation pédagogique", Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 3 | 2008, 18-32.

- CHARNAY, B., CHARNAY, T., « Le conte facteur d’interculturalité », Multilinguales, http://journals.openedition.org/multilinguales/1578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/multilinguales.1578

- BOULOUMIÉ, A., "Représentations des ogres dans la littérature", in Sens-Dessous, 2013/n°12,  105-120.
qu’ils connaissent dans  leur culture. Les As peuvent alors raconter un conte de leur culture ou un conte qui leur parle particulièrement.